Nous aurions dormi vingt ans — Béatrice Rilos

Nous aurions dormi vingt ans

À moins de 30 ans, Béatrice Rilos est une auteure confirmée : après « On fera silence » au Seuil en 2008, puis « Is this love » sur aux éditions Le mot et le reste, plusieurs publications numériques, et sans cesser un travail plastique commencé sous les auspices de Christian Boltanski et Paul-Armand Gette, elle doit affronter la mort annoncée et brutale de sa mère. J’en parle aussi crûment, parce que la mère de l’auteur était loin d’avoir mon propre âge, et je sais que l’auteur, à ce moment-là, payait son toit et son pain en travaillant de nuit dans un centre d’appel téléphonique pour personnes en détresse. Et cela n’a rien à voir avec l’écriture. Le deuil est personnel, le deuil se tait. Seulement, dans cette trouée du noir absolu, une suite de textes magnifiques et déchirants est venue s’inscrire sur le site de Béatrice Rilos : elle les appelle des rêves éveillés, ce sont plutôt des sculptures, ou des lames aiguisées. Rien qui fasse écho à la situation biographique, mais écrit tout entier vers l’absente et pour elle. Des textes que Béatrice Rilos date par années, et envoie comme à distance résonner dans ce qui est désormais un passé définitif. Elle dit : « Faire de mes souvenirs des rêves éveillés pour celle qui ne dort plus. Celle qui ne dort plus c’est ma mère, celle qui ne vit plus. Trouver en ces rêves la force et le courage de se projeter dans l’avenir. Ces vingt années avec elle, celles qui restent encore à vivre sans elle. Reconstituer une chronologie, les années charnières. Y trouver le réconfort de sa présence. Faire face aux années à venir. Ce souvenir donc d’un passé cristallisé, le réactiver par l’absence. » Les photographies qui accompagnent le texte sont celles qu’a choisies Béatrice Rilos.

FB

Aperçu d’autres recherches (qui ressemblent méga-mucho à un mix Points/10-18 pas fait exprès-inconscient, sachant que déjà dès que tu fous de l’Helvetica c’est chaud pour pas ressembler à quelqu’un d’autre, mais je trouvais que ça matchait). On lit Nous aurions dormi vingt ans ici.

Rilos

Publicités

Rajoute ton grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :